Information

En raison de la pandémie de coronavirus - COVID-19, les services communaux reçoivent UNIQUEMENT SUR RENDEZ-VOUS préalable. Renseignez-vous avant votre venue ou consultez notre article.

Coche verte
Attention

Le port du masque est obligatoire lors de vos visites à l'administration communale. Les alternatives en tissu de type écharpe ou bandana ne sont plus autorisées.

Coche verte

Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Cadre de vie / Bien-être animal / Vague de chaleur: pensez aussi à vos animaux !

Vague de chaleur: pensez aussi à vos animaux !

Des températures de plus de 30°C ont un impact sur la vie de tous les jours. C'est également le cas pour les animaux. Comme vous le feriez pour un bébé, il ne faut pas laisser d'animaux dans la voiture lors d'une canicule. 

Que faire si je constate un tel fait?

Lorsqu’un tel fait est constaté, il est impératif que la police ou les pompiers interviennent le plus rapidement possible. En effet, une telle situation, en cas de températures élevées, constitue un réel danger pour l’animal. Ainsi, les chiens transpirent uniquement à l’aide de leur museau et de leurs pattes et, de ce fait, évacuent moins facilement la chaleur corporelle que l’être humain. Leur corps retient la chaleur et il sont donc plus rapidement en surchauffe.

Une fois l'animal sorti de la voiture, il faut faire baisser sa température (le mettre à l'ombre, en alternant des chiffons humides sur la poitrine et dans l'aine), et le faire boire. En cas de situation préoccupante, il est possible de faire appel à un vétérinaire. L'animal s’étant retrouvé dans une situation de danger aigu, cela constitue un motif suffisant pour confisquer l'animal.

Que risque le propriétaire de l'animal?

Comme signalé ci-dessus, l'animal peut être confisqué. Mais d'autres sanctions peuvent également être prises. 

En ce qui concerne la Wallonie, en vertu du Code du Bien-être animal : Art. D.105. § 1er, commet une infraction de deuxième catégorie au sens du Livre Ier du Code de l’Environnement, celui qui se livre, sauf pour des motifs légitimes, à des actes qui ont pour conséquence de faire périr un animal sans nécessité ou de lui causer sans nécessité des lésions, mutilations, douleurs ou souffrances.

En vertu également du Code de l'Environnement : [Art. D.151. § 1er. Les infractions aux [dispositions visées à l'article D.138, [sauf l'alinéa 1er, 18° et 19°](3)](2), sont réparties en quatre catégories, dont notamment:

  • Les infractions de première catégorie sont punies d'une réclusion à temps de dix ans à quinze ans et d'une amende d'au moins 100.000 euros et au maximum de 10.000.000 euros ou d'une de ces peines seulement.
  • ​Les infractions de deuxième catégorie sont punies d'un emprisonnement de huit jours à trois ans et d'une amende d'au moins 100 euros et au maximum de 1.000.000 euros ou d'une de ces peines seulement.Le propriétaire doit être interrogé. Il convient également de demander s'il/elle est disposé(e) à rembourser les frais. C’est le bourgmestre qui a le pouvoir d'ordonner la saisie de l’animal, bien que la police peut prendre toutes les mesures qui s’imposent pour mettre fin à l’infraction. Le bourgmestre a la compétence de décider de la destination (refuge) de l’animal saisi.
Actions sur le document