Information

En raison de la pandémie de coronavirus - COVID-19, les accès aux services de l'administration communale sont modifiés. Renseignez-vous avant votre venue.

Coche verte
Attention

Le port du masque ou d'une alternative en tissu couvrant le nez et la bouche est obligatoire lors de vos visites à l'administration communale.

Coche verte

Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Un premier plan de cohésion sociale à Villers-le-Bouillet

Un premier plan de cohésion sociale à Villers-le-Bouillet

Le premier plan de cohésion sociale est lancé depuis le 1er janvier à Villers-le-Bouillet. Onze actions réparties en six axes seront mises en place d’ici 2025 avec pour objectifs de réduire la précarité et les inégalités en favorisant l’accès de tous aux droits fondamentaux et de contribuer à la construction d’une société solidaire et coresponsable.

Pour ce faire, six axes regroupant onze actions ont été définis après un travail d’analyse de différents indicateurs réalisé en collaboration avec le CPAS :

  • Le droit au travail, à la formation, à l’apprentissage et à l’insertion sociale.

Le soutien scolaire aux élèves de 1re et 2ème primaire, déjà organisé une fois par semaine à l’école communale de Villers-le-Bouillet, se voit renforcé. Une deuxième séance par semaine, programmée le mardi après les cours, est ajoutée avec l’aide de bénévoles.

Des ateliers d’estime de soi/ de confiance en soi et de relooking seront également mis en place afin d’aider les demandeurs d’emploi dans leur recherche. Le taux de chômage de 9,4% à Villers-le-Bouillet est en effet l’une des faiblesses de la commune. Toujours dans le même objectif, un salon de l’emploi, destiné aussi bien aux étudiants qu’aux demandeurs d’emploi, sera pour la première fois organisé le 18 mars de 13h30 à 19h au hall des sports de Villers-le-Bouillet. Ce-dernier permettra notamment de créer des liens entre les employeurs et les demandeurs d’emploi afin de favoriser la recherche de places de stages et d’emplois.

  • Le droit au logement, à l’énergie, à l’eau, à un environnement sain et à un cadre de vie

Au vu de l’augmentation des coûts, notamment des factures énergétiques, des achats groupés seront mis en place.

  • Le droit à l’alimentation

Trois organismes (CPAS, Société Saint-Vincent de Paul et Restos Villersois) distribuent actuellement des colis alimentaires sur le territoire. Un soutien à ces distributions ainsi qu’une collaboration entre les différents organismes seront développés grâce au PCS.

Outre la distribution, des cours de cuisine sont également prévus afin d’apprendre aux bénéficiaires de ces colis à les utiliser le plus adéquatement possible. Il s’agit d’un manque constaté lors du diagnostic initial.

  • Le droit à l’épanouissement culturel, social et familial

Villers-le-Bouillet ne dispose pas de lieu culturel. Il est donc important de permettre aux citoyens, notamment un public plus fragilisé, de se déplacer vers ces lieux (cirque, centres culturels…) afin qu’ils accèdent également à la culture et au tourisme.

Malgré le tissu associatif important dans la commune, certaines personnes se sentent encore fortement isolées. Le développement d’activités de rencontre pour ce public est également l’une des actions du plan de cohésion sociale.

  • Le droit à la participation citoyenne et démocratique

La participation citoyenne est l’un des points importants du programme stratégique transversal de la majorité villersoise. Les citoyens seront dès lors impliqués dans l’évaluation du PCS, mais aussi dans son amélioration, notamment en vue de la prochaine programmation.

  • Le droit à la mobilité

Le plus gros point faible de Villers-le-Bouillet est la mobilité. Un taxi social existe déjà par l’entremise du CPAS, mais celui-ci est overbooké. Il est donc important de fournir un deuxième moyen de transport aux habitants, que ce soit un deuxième taxi social ou un proxibus. Ce transport serait plutôt dédié à la mobilité entre les différents villages de l’entité.

Afin de mener ce plan à bien, un chef de projet, Mickaël Lhomme, a été désigné. Il bénéficie d’un mi-temps pour exécuter sa tâche. Un budget de 55 776,51€ est également prévu, subsidié à 75% par la Wallonie.

Actions sur le document